CEPN is a a non-profit organisation created in 1976 to establish a research and development centre in the fields of optimisation of radiological protection and comparison of health and environmental risks associated with energy systems.

This program was initially strongly focused on the development and application of the principle of optimization of radiological protection. Over the past few years, however, the group’s research programme has also been directed towards the involvement of stakeholders in radiological risk assessment and management, and spreading the radiological protection culture.

The studies are undertaken by a group of around fifteen engineers and economists. The research programme is evaluated by a Scientific Council.

The association currently has three members: the French public electricity generating utility (EDF), the Institute of Radiological Protection and Nuclear Safety (IRSN) and the French Alternatives Energies and Atomic Energy Commission (CEA).

CEPN is a a non-profit organisation created in 1976 to establish a research and development centre in the fields of optimisation of radiological protection and comparison of health and environmental risks associated with energy systems.

Recent publications

Les enseignements relatifs aux conditions de vie et à la santé des populations vivant dans des territoires contaminés par les accidents de Tchernobyl et Fukushima – Le projet européen SHAMISEN

MAITRE M., CROUAIL P., SCHNEIDER T. & al.

Les enseignements relatifs aux conditions de vie et à la santé des populations vivant dans des territoires contaminés par les accidents de Tchernobyl et Fukushima – Le projet européen SHAMISEN

Congrès National de la SFRP - Lille – 8 juin 2017

Résumé

L’observation et l’analyse de situations post-accidentelles telles que celles induites par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima témoignent des perturbations sociales et économiques majeures sur le long terme, et ayant in fine des conséquences sur la santé des populations affectées. L’analyse de la situation des populations en Biélorussie, en Ukraine ou encore en Russie (projets ETHOS et CORE par exemple) a mis en évidence les préoccupations des populations quant aux conséquences sanitaires de leur vie dans les territoires contaminés. N’ayant aucun repère quant à la radioactivité, ces populations perdent peu à peu la maîtrise de leur environnement et de leurs gestes quotidiens, ne sachant plus comment agir pour réduire ou éviter les risques d’exposition. Ainsi, ces études soulignent la nécessité de développer de nouvelles approches pour répondre – sur le long terme - aux préoccupations et inquiétudes des populations affectées par un accident radiologique afin d’améliorer leurs conditions de vie. Au Japon, des approches novatrices sont mises en œuvre pour accompagner et aider les populations locales à répondre aux préoccupations quant à leur santé, et ainsi améliorer leurs conditions de vie.

Dans ce contexte, le projet de recherche européen SHAMISEN (Nuclear Emergency Situations, Improvement of Medical And Health Surveillance) a été lancé en 2015 dans le cadre du projet OPERRA et vise à élaborer des recommandations au regard de la surveillance médicale et sanitaire des populations affectées par un accident radiologique, en s'appuyant notamment sur les enseignements acquis auprès des populations affectées par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima.

L’un des axes de travail du projet SHAMISEN a donc été de décrire et d'analyser des études de cas spécifiques des situations post-accidentelles observées après l'accident de Tchernobyl (Biélorusse et Norvège). Les activités mises en œuvre à la suite de l'accident de Fukushima ont également été prises en compte en intégrant notamment une analyse de témoignages d’experts médicaux japonais ainsi que d’acteurs locaux impliqués auprès des populations dans les territoires contaminés des environs de Fukushima. Un Workshop dédié à ces sujets a été organisé conjointement avec l'Université médicale de Fukushima en mars 2016.

L’objectif de cette présentation est de mettre en avant les principaux enseignements tirés de ces différentes études de cas (Norvège, Biélorussie, Japon), en abordant les thématiques suivantes:

  • Les attentes et les inquiétudes des populations quant à leur santé et leur bien-être ;
  • Le rôle des différentes parties prenantes (professionnels de santé, professionnels de la radioprotection, population, autorités, etc.) ;
  • La contribution au bien-être des actions mises en œuvre et les avantages directs pour les populations ;
  • La durabilité et la continuité des projets et des actions mises en œuvre;
  • Les considérations éthiques ;
  • La participation des parties prenantes, le dialogue, l’information et la communication ;
  • Les besoins en matière d'éducation et de formation.

Cette présentation expose donc les principaux enseignements pour chacune de ces thématiques, en fournissant des exemples concrets de l'analyse des diverses études de cas (Bélarus, Norvège, Japon).

Ces enseignements ont été pris en considération pour la préparation des recommandations finales, partagées et discutées avec les acteurs internationaux à l'occasion du Workshop de SHAMISEN à Paris en mars 2017.


(A1284)

Télécharger la présentation

Exhibitions / Projects

Vous avez dit Radioprotection ?

Vous avez dit Radioprotection ?

Did you Say Radiation Protection? Stories of X-Rays, Radioactivity, etc …” is a traveling exhibition devoted to radiation protection, that is to say all the means to protect workers, the public and the environment from potentially harmful effects of X-rays and of radioactivity.

Rayons Santé

Rayons Santé

Rays and Health” is a traveling exhibition that aims to educate the general public on the uses of X-rays and radioactivity in medicine by highlighting the expected benefits but also the risks. Several topics are discussed to encourage caregivers and patients to have a reasoned and cautious approach in order to make the best use of X-rays and radioactivity for health.

ETHOS in Belarus

ETHOS en Biélorussie

Le projet européen ETHOS avait pour but d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants des villages dont la vie quotidienne a été fortement affectée par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl. Il s’agissait d’une nouvelle démarche pluridisciplinaire basée sur une implication forte de la population dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique en concertation avec les autorités locales, régionales et nationales et des experts biélorusses.