Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

D’abord fortement focalisé sur le développement et l’application du principe d’optimisation de la radioprotection, le programme de recherche du Groupe s’est également orienté au cours des dernières années vers l’implication des parties prenantes dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique et la diffusion de la culture de radioprotection.

Les études sont réalisées par un groupe d’une quinzaine d’ingénieurs et d’économistes. Le programme de recherche est évalué par un Conseil Scientifique.

Les membres actuels de l’Association sont au nombre de trois : Electricité de France (EDF), l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).

Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

Dernières publications

Les enseignements relatifs aux conditions de vie et à la santé des populations vivant dans des territoires contaminés par les accidents de Tchernobyl et Fukushima – Le projet européen SHAMISEN

MAITRE M., CROUAIL P., SCHNEIDER T. & al.

Les enseignements relatifs aux conditions de vie et à la santé des populations vivant dans des territoires contaminés par les accidents de Tchernobyl et Fukushima – Le projet européen SHAMISEN

Congrès National de la SFRP - Lille – 8 juin 2017

Résumé

L’observation et l’analyse de situations post-accidentelles telles que celles induites par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima témoignent des perturbations sociales et économiques majeures sur le long terme, et ayant in fine des conséquences sur la santé des populations affectées. L’analyse de la situation des populations en Biélorussie, en Ukraine ou encore en Russie (projets ETHOS et CORE par exemple) a mis en évidence les préoccupations des populations quant aux conséquences sanitaires de leur vie dans les territoires contaminés. N’ayant aucun repère quant à la radioactivité, ces populations perdent peu à peu la maîtrise de leur environnement et de leurs gestes quotidiens, ne sachant plus comment agir pour réduire ou éviter les risques d’exposition. Ainsi, ces études soulignent la nécessité de développer de nouvelles approches pour répondre – sur le long terme - aux préoccupations et inquiétudes des populations affectées par un accident radiologique afin d’améliorer leurs conditions de vie. Au Japon, des approches novatrices sont mises en œuvre pour accompagner et aider les populations locales à répondre aux préoccupations quant à leur santé, et ainsi améliorer leurs conditions de vie.

Dans ce contexte, le projet de recherche européen SHAMISEN (Nuclear Emergency Situations, Improvement of Medical And Health Surveillance) a été lancé en 2015 dans le cadre du projet OPERRA et vise à élaborer des recommandations au regard de la surveillance médicale et sanitaire des populations affectées par un accident radiologique, en s'appuyant notamment sur les enseignements acquis auprès des populations affectées par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima.

L’un des axes de travail du projet SHAMISEN a donc été de décrire et d'analyser des études de cas spécifiques des situations post-accidentelles observées après l'accident de Tchernobyl (Biélorusse et Norvège). Les activités mises en œuvre à la suite de l'accident de Fukushima ont également été prises en compte en intégrant notamment une analyse de témoignages d’experts médicaux japonais ainsi que d’acteurs locaux impliqués auprès des populations dans les territoires contaminés des environs de Fukushima. Un Workshop dédié à ces sujets a été organisé conjointement avec l'Université médicale de Fukushima en mars 2016.

L’objectif de cette présentation est de mettre en avant les principaux enseignements tirés de ces différentes études de cas (Norvège, Biélorussie, Japon), en abordant les thématiques suivantes:

  • Les attentes et les inquiétudes des populations quant à leur santé et leur bien-être ;
  • Le rôle des différentes parties prenantes (professionnels de santé, professionnels de la radioprotection, population, autorités, etc.) ;
  • La contribution au bien-être des actions mises en œuvre et les avantages directs pour les populations ;
  • La durabilité et la continuité des projets et des actions mises en œuvre;
  • Les considérations éthiques ;
  • La participation des parties prenantes, le dialogue, l’information et la communication ;
  • Les besoins en matière d'éducation et de formation.

Cette présentation expose donc les principaux enseignements pour chacune de ces thématiques, en fournissant des exemples concrets de l'analyse des diverses études de cas (Bélarus, Norvège, Japon).

Ces enseignements ont été pris en considération pour la préparation des recommandations finales, partagées et discutées avec les acteurs internationaux à l'occasion du Workshop de SHAMISEN à Paris en mars 2017.


(A1284)

Télécharger la présentation

Expositions / Projets

Vous avez dit Radioprotection ?

Vous avez dit Radioprotection ?

« Vous avez dit Radioprotection ? Histoires de rayons X, de radioactivité… » est une exposition consacrée à la radioprotection, c'est-à-dire à l'ensemble des moyens visant à protéger les travailleurs, la population et l'environnement des effets potentiellement nocifs des rayons X et de la radioactivité.

Rayons Santé

Rayons Santé

« Rayons Santé » est une exposition itinérante dont le but est de sensibiliser le grand public aux usages des rayons X et de la radioactivité en médecine en mettant en relief les bénéfices attendus mais aussi les risques. Plusieurs thématiques sont abordées afin d’inciter les soignants, comme les patients à avoir une approche raisonnée et prudente afin d’en tirer le meilleur parti pour la santé.

ETHOS en Biélorussie

ETHOS en Biélorussie

Le projet européen ETHOS avait pour but d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants des villages dont la vie quotidienne a été fortement affectée par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl. Il s’agissait d’une nouvelle démarche pluridisciplinaire basée sur une implication forte de la population dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique en concertation avec les autorités locales, régionales et nationales et des experts biélorusses.