Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

D’abord fortement focalisé sur le développement et l’application du principe d’optimisation de la radioprotection, le programme de recherche du Groupe s’est également orienté au cours des dernières années vers l’implication des parties prenantes dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique et la diffusion de la culture de radioprotection.

Les études sont réalisées par un groupe d’une quinzaine d’ingénieurs et d’économistes. Le programme de recherche est évalué par un Conseil Scientifique.

Les membres actuels de l’Association sont au nombre de trois : Electricité de France (EDF), l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).

Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

Dernières publications

Protection contre le rayonnement cosmique dans l’aviation. Éléments de la Publication 132 de la CIPR

ANDRESZ S., DESMARIS G.

Protection contre le rayonnement cosmique dans l’aviation. Éléments de la Publication 132 de la CIPR

Congrès National de la SFRP - Lille – 7 juin 2017.

Résumé

La Terre est constamment bombardée d’un « rayonnement cosmique », d’origine galactique et solaire. Le débit de dose associé au rayonnement cosmique augmente avec l’altitude, la latitude et en fonction de l’activité solaire. Il est par exemple de l’ordre de 4-5 µSv/h à 11 000 m au-dessus de la France et avec un Soleil « calme ». Pour les personnels navigants, des doses annuelles de 2 à 7 mSv/an peuvent ainsi être estimées. Dans plusieurs pays, les personnels navigants sont classés comme des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants (catégorie B en France).

Les expositions des personnels navigants et des passagers sont susceptibles d’augmenter : perspective de croissance du trafic aérien (d’ailleurs près de 3 milliards de billets d’avion ont été vendus en 2015), progrès technologiques (les nouveaux avions volent plus haut et plus longtemps) etc. De plus, des situations d’éruption solaire ont pu soulever des questionnements.

La Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) a publié en 2016 des recommandations portant sur la radioprotection contre le rayonnement cosmique dans l’aviation (Publication 132 [1]). L’objectif de cet exposé est de présenter les principaux éléments de cette publication et d’en discuter certains points spécifiques, en s’appuyant notamment sur le retour d’expérience de la compagnie Air France.

L’exposition au rayonnement cosmique dans l’aviation est considérée comme une situation d’exposition existante. Au vu des expositions actuelles (confirmées par des enquêtes menées auprès de différents pays) et potentielles, la CIPR considère que la mise en place d’une stratégie de protection est justifiée. Pour la première fois, la CIPR propose de sélectionner un niveau de référence (compris entre 5 et 10 mSv/an) pour accompagner l’application du principe d’optimisation contre le rayonnement cosmique dans l’aviation.

Une autre nouveauté de la Publication 132 est d’inclure des recommandations pour l’ensemble des personnes exposées : personnels navigants (l’approche est alors notablement inspirée des pratiques mises en place au sein de la compagnie Air France) mais également les voyageurs réguliers (frequent flyers) et les passagers occasionnels. Les recommandations adoptent une démarche graduée ; c’est-à-dire proportionnée avec la fréquence de vol des personnes exposées.

Cette Publication intéresse aussi par sa méthode : on verra qu’il s’agit de favoriser la diffusion d’information sur l’exposition au rayonnement cosmique dans l’aviation et de promouvoir une démarche de responsabilisation des acteurs dans une perspective de prise de décision informée.

[1] ICRP, 2016. Radiological Protection from Cosmic Radiation in Aviation. ICRP Publication 132. Ann. ICRP 45(1), 1–48.


(A1283)

Télécharger la présentation

Expositions / Projets

Vous avez dit Radioprotection ?

Vous avez dit Radioprotection ?

« Vous avez dit Radioprotection ? Histoires de rayons X, de radioactivité… » est une exposition consacrée à la radioprotection, c'est-à-dire à l'ensemble des moyens visant à protéger les travailleurs, la population et l'environnement des effets potentiellement nocifs des rayons X et de la radioactivité.

Rayons Santé

Rayons Santé

« Rayons Santé » est une exposition itinérante dont le but est de sensibiliser le grand public aux usages des rayons X et de la radioactivité en médecine en mettant en relief les bénéfices attendus mais aussi les risques. Plusieurs thématiques sont abordées afin d’inciter les soignants, comme les patients à avoir une approche raisonnée et prudente afin d’en tirer le meilleur parti pour la santé.

ETHOS en Biélorussie

ETHOS en Biélorussie

Le projet européen ETHOS avait pour but d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants des villages dont la vie quotidienne a été fortement affectée par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl. Il s’agissait d’une nouvelle démarche pluridisciplinaire basée sur une implication forte de la population dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique en concertation avec les autorités locales, régionales et nationales et des experts biélorusses.